Aller au contenu principal
Les auteurs
Pr Abdou Salam FALL
Dr Rokhaya CISSE


Mots-Clés

 Téléchargement fichier(s)

Cette étude a été réalisée par le Laboratoire de Recherche sur les Transformations Économique et Sociales (LARTES-IFAN) en collaboration avec UNICEF et le Ministère du Plan.

Les conclusions de cette recherche montrent que les chocs constituent le facteur majeur de basculement dans la pauvreté. De plus, le fait de subir un choc à l’enfance augmente les risques d’être pauvre par rapport à ceux qui n’en ont subi aucun. Si l’on compare les générations, il apparaît que pour toutes les générations à l’exception de la plus jeune, c’est près de la moitié de la population qui vit en situation de pauvreté chronique quel que soit la période de la vie considérée. Toutefois, les générations les plus jeunes restent à leur tour exposées davantage à la pauvreté transitoire qu’à la pauvreté chronique comme on peut l’observer chez les générations plus anciennes

Les couches les plus pauvres et vulnérables résistent beaucoup moins à ces chocs que les autres. Face à cette situation, elles initient des stratégies de survie impliquant l’endettement, la vente de biens ou la suppression de l’éducation des enfants qui ont pour effet de renforcer leur vulnérabilité face à des chocs futurs.

Cependant et en dépit, d’un accès plus important aux services sociaux de base et d’un cadre de vie plus adéquat, la jeune génération continue d’être la plus exposée à ces chocs et de même plus exposée à la pauvreté.
Cette différence entre les générations s’explique par l’évolution du contexte marqué par 20 ans de plans d’ajustement structurel qui ont contribué fortement à l’essoufflement des solidarités verticales. Dans le même temps, les solidarités horizontales qui ont pris le relais n’ont pas suffisamment de ressources pour faire face à la multitude de demandes dans leur environnement immédiat. La génération la plus jeune ne bénéficie pas de filets de sécurité qui permettent d’anticiper et de gérer les effets de ces chocs.

Cependant, en dépit d’un environnement fragile et sans véritable moyens de prévention et de gestion des chocs, les jeunes générations développent davantage de résiliences. Ce qui les conduit à trouver des ressources même précaires pour se remettre des chocs plus rapidement que les générations les plus anciennes. Ils ne sont pas inhibés par les effets irréversibles des chocs au même titre que leurs aînés qui récupèrent plus lentement des chocs et qui s’inscrivent dans des trajectoires de pauvres chroniques et finissent par la transmettre aux descendants.

Quand les situations de crise se sont multipliées et rigidifiées, les jeunes réussissent mieux à domestiquer les chocs et à développer plus de résilience. En effet, ils s’adaptent aux chocs, initient des stratégies de résistance, transforment les handicaps en ressources et à certains égards anticipent sur les effets des futurs chocs.

Les résultats des analyses des relations entre les chocs et les trajectoires de pauvre montrent que les politiques mises en œuvre pour réduire la pauvreté restent encore mitigées. Cependant, l’option en direction des politiques sociales en cours réhabilite les solidarités verticales en replaçant l’État dans sa fonction de protecteur des groupes vulnérables.

About

We are professional and reliable provider since we offer customers the most powerful and beautiful themes. Besides, we always catch the latest technology and adapt to follow world’s new trends to deliver the best themes to the market.

Featured Posts

Contact info

Au LARTES-IFAN, notre sacerdoce c'est susciter, accompagner les changements sociaux et suivre les transformations économiques et sociales en Afrique.