Insécurité alimentaire et malnutrition

L’agriculture constitue l’un des principaux moyens de subsistance pour la population sénégalaise. Cependant, la plupart des ménages ruraux les plus pauvres ne parviennent pas à couvrir plus de 20 % de leurs besoins alimentaires par ce moyen.

Constat : les projets et programmes ne sont pas portés par les entités locales qui les subissent dans la plupart des cas, ce qui fait que les termes fixés au niveau central avec l’implication moindre des acteurs locaux faussent les données d’analyse dès le départ. Ce qui a un impact négatif sur la compréhension de la persistance de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire dans les zones cibles. Cette insécurité alimentaire et la malnutrition qui s’en suit restent principalement liées à deux types de facteurs :

    1. Faible accès à l’alimentation en particulier les prix élevés des denrées consommées,
    2. Faible accès à l’eau potable des ménages et des producteurs (eau salée, etc.).

À la suite de la première phase de l’étude causale de la persistance de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire (réalisée par le LARTES) qui a consisté à effectuer une revue de littérature, il est envisagé une seconde phase. Cette nouvelle étape permettra d’identifier les causes de la persistance de la malnutrition et de l’insécurité au Sénégal. Pour ce faire, la réalisation d’une étude causale par l’analyse des trajectoires des personnes vulnérables se révèle pertinente.

À l’issue de la capitalisation des connaissances disponibles sur la malnutrition et l’insécurité alimentaire, l’analyse des vulnérabilités permettra de déterminer les chocs auxquels les ménages ont été confrontés au cours d’une période donnée et d’en faire une typologie.